Catégories
Archives de l'agenda

Mois du film documentaire.

Filmer la guerre – IECA – 20h30 – entrée libre :

Archive du 2006-11-07
Un pont sur la Drina,
réalisé par Xavier Lukomski ( 2005 – Belgique – 18mn ).
Prix du meilleur court métrage au festival PUNTO DE VISTA (Pampelune – Espagne) en février 2006.

De la guerre en Bosnie, on se souvient surtout des noms de villes comme Sarajevo, Mostar, Bihac, Tuzla, Gorazde… et d’un massacre à Srebrenica. Mais de Visegrad, on ne se souvient pas. Visegrad existe pourtant. C’est une ville de Bosnie orientale, avec un pont. Un pont symbolique et majestueux.

L’horreur d’un témoignage sur les atrocités commises pendant le conflit en Bosnie. Face à la violence du témoignage sonore et comme pour s’y confronter, le tenir à distance tout en lui donnant la parole, Xavier Lukomski a voulu l’image d’un pont. Et l’image d’un pont, c’est l’image d’un lien. Une image symboliquement forte. Un pont enjambe le cours d’un fleuve, d’une vie, d’un récit. Il relie deux rives, deux paroles, deux regards. Il affirme la permanence d’une rencontre.

La hauteur du silence,
réalisé par Hervé Nisic ( 1995 – France – 28 mn ).

Sarajevo en 1995. La population civile de la ville est assiégée. La 4ème année du siège commence. Ecoeurés par le double langage qu’on utilise envers eux, les habitants de Sarajevo n’ont plus que le silence pour s’exprimer.

« Les habitants de la Bosnie ne nous croient plus. Nos paroles leur semblent vaines, leurs appels inutiles. Ils n’ont plus envie de raconter leur histoire. Leur regard cependant en dit long. Sommes nous encore capables de le soutenir ? Cette résonance de toute l’histoire de nos relations à la cause bosniaque qui se perçoit dans ce regard est un exercice salutaire de réflexion pour nous tous. Les Bosniaques ne veulent pas de notre pitié. Ils nous placent en face de nos responsabilités, de nos déclarations. Leur silence nous remue plus que tous les mots, sa hauteur est à la mesure de la gêne que nous ressentons. C’est peut-être la seule base possible pour un nouveau dialogue. »

Séance suivie d’une rencontre avec le réalisateur : Hervé NISIC.

Une projection de l’association Les Yeux de L’Ouie et la SAFIRE-Lorraine dans le cadre des Mardis du Doc avec la complicité des artistes et de Wallonie Image Production.

Les Yeux de l’Ouie reçoivent le soutien de la DRAC Lorraine, du Conseil Régional de Lorraine, du Conseil Général de Meurthe-et-Moselle et de la Ville de Nancy.

http://contrasts.free.fr

Laisser un commentaire