Catégories
Archives de l'agenda

La version de Browning

Théâtre de la manufacture

Archive du 2007-02-27
Une Public School anglaise des années cinquante. Une fin de journée en juillet, l’avant-dernier jour de l’année scolaire dans un amphithéâtre.
La moiteur et le silence. Un dernier cours particulier et décisif de grec ancien. Le jeune élève Taplow attend le maître Andrew Crocker-Harris, professeur de lettres classiques, humaniste à la carapace d’acier. L’homme rigidifié par les conventions de son rang et de son rôle, a terrorisé des générations d’hellénistes.
Il s’apprête à quitter l’établissement, bastion emblématique de la culture «british» et de son austérité glaciale. De cette rencontre ultime dépend le passage du jeune homme dans la classe supérieure. Mais les deux heures de La version de Browning drainent d’autres enjeux, fouillent les intimités profondes, provoquent les soupçons, les aveux et les violences. Autour d’eux, un couple en débâcle, des ambitions misérables et des passions médiocres étouffent dans le vase clos.
«Être soi-même, désespérément, afin d’échapper aux règles mensongères de la bienséance générale, à l’ambiguïté des relations amoureuses ou conjugales, voilà l’obsédante recherche à laquelle semblent se livrer les personnages…» dit Didier Bezace, qui organise en douceur «l’émergence de l’implacable vérité.» Metteur en scène, acteur pour la télévision et le cinéma, directeur depuis 1990 du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, il dirige sept comédiens dans cette comédie de moeurs ou de caractère, tableau noir d’une petite société anglaise imaginée en 1948 par Terence Rattigan. Auteur et scénariste anglais à succès, ce fils de diplomate sorti d’Oxford fut formé durant huit ans dans la Public School qu’il dépeint.
retour à la liste

Ce spectacle a reçu en mai 2005 le Molière de la meilleure mise en scène et le Molière de la meilleure adaptation d’une pièce étrangère, le Prix du Syndicat de la Critique pour le meilleur acteur, Alain Libolt, le Prix du Souffleur pour le meilleur premier rôle masculin, Alain Libolt, et le Prix du Souffleur pour le meilleur second rôle masculin, Sébastien Accart.

http://www.theatre-manufacture.fr/section/s5.xml

Laisser un commentaire