Soirée poésie fin mars 2001 chez la poétesse Dany Marénot

Bienvenue à bord pour une traversée poétique…!

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 




Il y a une certaine alchimie qui s’opère chez Dany Marenot pendant
les soirées thématiques qu’elle organise depuis cinq ans à
son domicile…

 

 

 

 

 

« J’ai
la joie d’accueillir un bouquet humain très hétéroclite.
Un bel éventail d’hommes, de femmes de tout âge, et de
tout horizon… J’espère balayer quelques tabous, les carcans
d’un certain conformisme littéraire.
L’Art est à
notre porte. La vie n’est-elle pas une grande artiste? Nous
avons tous en nous un puits de richesse… Débridons notre
imaginaire, ne le laissons pas en jachère. »

 

 

 

Ce soir-là
en mars 2001, le thème étant  » le masque », beaucoup sont venus
masqués pour partager leurs poèmes avec les autres, la plupart des
poèmes portant sur le masque.

 

 

La gamme des
écrits était large : du sérieux, de l’humour, du romantique…chacun
à son goût et à son humeur, tous avaient la parole, à tour de rôle.

 

 

 

 

Puis
un ou deux sketchs, la transition avec la suite de la soirée où ces
poètes s’exprimaient en musique, avec ou sans paroles. On avait
aussi bien droit à des chansons style Brassens, accompagnées à la
guitare, qu’à des chansons a kapella style Aretha Franklin, ou encore
des morceaux classiques pour flute et clavecin puis une ou deux ballades.
Poétesse
connue sur la région, Dany est en train d’écrire deux autres œuvres
qui devront paraître prochainement. Elle nous parle elle-même
de son parcours.

 

 

« Durant
ces soirées je vois souvent des paupières de la timidité,
s’ouvrir et nous offrir des int pas un mirage, mais une lucidité
acérée, parfois très éphémère.
C’est un lien sans lien, un cristal de perception. Madame Spontanéité
est ma plus sûre amie… Qustants magiques. Que d’émotions
partagées, durant ces moments d’expression libre! La transe
poéticale n’ese de cueillettes à ses côtés…
L’actualité bouillonnante me permet de moisonner des blés
fertiles sans O.G.M.! Je joue des métaphores, c’est ma poèmothérapie. »

 

 

 

Moisson
à perception

 

Langage, monde
figuré

Tu es une chambre cosmique

Une entreprise de l’esprit.

Dans ton sein gît l’inexplicable,

Puis une plastique aiguisée.

Toi, mystère en pleine lumière

Ton regard souvent éphémère,

Eteint la flamme de notre âme

Ampute nos subtils voyages.

Langage monde figuré

Rachitique écho de l’amour

Pâle floraison de l’esprit,

Quand tu limites les antennes

De nos moissons à perception!…

 

extrait du
receuil de poésie « Neurones

Acrobates » de Dany Marénot

 

 

 

 

 

 

 

 

Noces
masquées

 

Quand deux « Inconscients »
se marient,

Ce n’est pas Joseph et Marie!

Quand un passé funeste et blême

Dans la corbeille comme emblème…

 

Quand la joie
se tortillera

Malgré tout, le glas sonnera

Quand deux « Inconscients » se marient

Ce n’est pas Joseph et Marie!

 

Mais que deux
houles se rencontrent

Et c’est un ouragon qui contre

Les fantômes de nos aïeux

Et les fracas de leurs adieux.

 

Bonheur dont
la clarté s’altère

Jusqu’à semer notre désert,

Survivre pour sauver l’honneur

Prêt-à-porter de nos malheurs.

 

Idéal!
Jardin de mon astre

Où pourtant poussa le désastre…

O! Bal masqué de l’euphorie

Où rèves font tapisserie!…

 

Extrait du
receuil de poésies

« L’Abeille et Satan » de Dany Marénot

 

 

 

 

 

 

Via
Positiva

 

Nantie
d’une pensée freudienne

Allongée sur la méridienne

J’ai bien grandi, j’ai prospéré

Multiplié ma libido.

Quand je rends hommage à Eros

Je fais la bête à quatre dos…


Toute une panoplie de gammes

Vibrent en ma viole de femme.

Quand un orchestre j’improvise

Ajuste mon érotica

Souffle passions au sexophone

A la trompette batifole

Accorde mon bandonéon.

 

L’aube
se lève à Aubépine

Me voici devenue coquine!

Cueillant pulsions et pâquerettes

Coquelicots, coqueniquettes,

Calice au pays des merveilles

Jalonné de charmilles bleues.

 

 

J’ai
fait éclater mon surmoi

Mis au placard bien des tabous,

Et nage au lac de ses remous,

J’ai trouvé la clé des censures

Essayé un passe-partout.

Incitée à de beaux festins,

 

Nantie
d’une pensée freudienne

Je décuple ma libido!

Quand je rends hommage à Eros

Je fais la bête à quatre dos,

Ouvre la cage à mes fantasmes,

Cueille de nouvelles étrennes,

 

 

Ainsi
gonfle ma tirelire,

Guillerette, pars en goguette

Allumer de belles comètes

La lune joue avec Vénus

Et vueille des épis-phalus.

 

Enfin,
via positiva

Le « moi » et « ça » trouvent de la.

 

Extrait
du recueil de poésies

« Neurones Acrobates » de Dany Marénot

 

 

 

 

Vois
y, diable! en diable vent!!

 

Je dévore
ta baie.. écran sur son jardin

Derrière les carreaux – barreaux pour vie de singe –

Butine ma voisine aux fleurs de fil à linge

Etendues en récolte où s’épanchent mes faims!!

 

Sur elle sensuelle
et plus en corps dessous?

C’est ce que me révèle..enfin je le suppose…

Nylon blanc, rouge et noir ou soie sexy qu’elle ose

Proposer en rince-oeil dont s’emballe mon pouls!!!

 

« Toi, qui
a des pouvoirs reconnus de genoux

O dieu du tout-rôti – mon âme de toi s’immole..

Montre moi du promis avec ton pote Eole

En leur décor réel ces sujets de frou-frous »

 

Voici qu’en
diable un vent sur la Bette debout

Bandé de souffle aux joues en tulipe sa jupe…

Griffe à haute Nature un Bonheur d’êetre dupe…:

La coquine voisi… ne porte … rien du tout!

 

Eros a du talent
quand Eole est sans gêne!

 

Poème
de Denis GENSON

 

 

 

 

 

Toi mon âme
coeur

 

Ma toute fortune

Toi mon intérieur

De mon un mon une,

O toi mon riant

Quand je m’éfiloche

O toi mon ciment

Mon amour de poche

Quand je suis enclin

Au combat des neiges

Tu es mon jardin

Ou tu me dis « viens »

Recolter mes pièges.

 

Quand dans ton
regard

La lumière tremble

De par le « bel art »,

Nos coeurs battent l’ambre

 

L’amour fait,
je t’aime

Tu es mon climat

Mon seul coeur à thème

Celui qui te bat…

te bat…

TE bat…

 

Poème
de Denis GENSON

 

 

Chanson sans
paroles

De la mer désordonnée

Les falaises grognent

 

Le contrat des
muses

Sur l’écran tendu de leurres

Est une croix blanche

 

A plein arrosoir

De son frère de soleil

L’étoile se fane

Mais sa pomme à chaque fuite

Ensemmence la nuit d’or

 

Hamacs de rosée

Tissés de fils d’araignées

Où le soleil se berce

 

Poème
de Denis GENSON

 

 

 

Pensée
Cerf-Volantée

 

Mon esprit débordé
a touché les parois de ma boîte à raison. Alors,
commence l’ascension des cimes de l’hymne à la joie!… Fissures
sous un crâne, où s’évacue en civière
la matière. Affamés, suicidés, sinistrés
d’un conformisme comme des soldats en déroute, vous sonnez
la tocsin de la raison, triomphe enfin ma déraison! Mon vaccin
anti-raison!

 

Enfin venue
l’hémorragie de ma folie. Descellée, mon âme
ouvre une forêt, dévoile de longs secrets… Je crois
que je vais naître pour de nouveaux péchés,
et j’irai à confesse laver ma pauvre cercelle, ma condition
humaine! Déglutir des hosties! … Mais j’aurai vu l’éclair
de l’absurde, j’aurai voyagé aux confins fantastiques, cueilli
des fruits surréalistes, enlacé des amours cubistes!…

 

J’aime ma frondaison
du coeur, par où trottine ma déraison, où mes
passions caracolent,… le regard noyé de soleil… En pirogie,
je voguerai sur des roulis de délires, j’accosterai sur une
île extatique.

 

Quand sonneront
de minuit, les douze coups, j’abandonnerai mon carrosse crânien,
la fluidité de mes pensées, pour des loques cartésiennes…
De mon destin, je reprendrai le c hemin. Mais pour des instants
sacrés de « déraison » j’ai su abandonner
les vieilles cavernes de mes terreurs…

 

Extrait du
recueil de poésies « Neurones Acrobates » de Dany
Marénot

 

 

 

 

Je

respire

bois

mange

dors

rêve

crois

touche

regarde

sens

goûte

écoute

pleurs

ris

soupire

transpire

joue

travaille

lis

espère

hurle

pense

aime

haïs

danse

marche

tremble

me lave

me mouche

me farde

et… suprême fonction vitale… je t’écris

 

Poème
de Denis GENSON

 

 

 

 

 

 

Volubile
fixité

 

Echantillon
de feu tu es mon gagne-rêve,

Mon guillemet ouvert, mon volume de sang,

Je parcours de mes doigts je compose de mes lèvres

Ta gerbe de galets ligotée de ma paume

Mes yeux rongés de songes ma pensée dispersée

Aux appels de tes ongles…

Tes atolls font des ciels poinçonnés de tes yeux

Aux atolls de tes cils ainsi je m’évapore

En pépites d’azur aux camées d’arc en cils

De regards arrêtés…

 

Poème
de Denis GENSON

 

Patûres,

 

Un troupeau d’étoiles
broute la lumière

Sabreuse

C’est le soir,

En transumance,

Un troupeau de lumière broute les étoiles

S’abreuve à l’oasis de soleil

C’est l’aube,

Fascination des crépuscules…

 

Les chiens raccompagnent
les loups!

Et les troupeaux se tranquilisent…

L’étrave du sifflet remonte le vent

Pour embarquer les pâturages…

 

Poème de
Denis GENSON