TOUT NANCY .COM

COTILLARD EST PIAF


rechercher

 

COTILLARD EST PIAF

 

On ne présente plus Piaf, connue dans le monde entier et de toutes les générations.

Marion Cotillard en revanche est un peu moins connue. Nul doute que ce film va contribuer à la propulser sur le devant de la scène, même si cette actrice qui incarne des rôles à l'écran depuis l'âge de 16 ans a déjà à son actif un bel échantillonnage de films. Mais ce rôle de Piaf pourrait bien lui valoir un prix, en tout cas, c'est tout ce que je lui souhaite.

 

J'ai été bluffée par la prestation de la jeune actrice. Je l'ai découverte pour la première fois très récemment à la télévision, interviewée par Michel Drucker. La jeune femme paraît timide, modeste, douce. Le lendemain, je l'ai revue au cinéma, dans le rôle d'Edith Piaf. Plus rien à voir ! La gouaille, la vulgarité, la violence ont transformé Marion Cotillard.

Lorsque j'entends dire qu'elle a du mal à sortir de ce personnage, je veux bien la croire. Car elle a dû se glisser dans la peau d'Edith Piaf et vivre son personnage même en dehors des séances de tournage pour arriver à un tel degré de ressemblance avec la chanteuse. Je me souviens d'Evelyne Bouix dans le même rôle dans le film de Lelouch Edith et Marcel. Ce n'était déjà pas mal, mais elle était finalement assez loin du personnage en comparaison de l'interprétation que nous offre Marion Cotillard dans le film d'Olivier Dahan, La Môme.

On peut, bien sûr, ne pas aimer la femme qu'était Piaf, une petite personne vulgaire et colérique devenue capricieuse avec le succès. On peut ne pas aimer toutes ses chansons. Mais quand on connaît mieux la vie de la chanteuse, ses origines, son enfance, on comprend mieux le personnage. Et quand on voit Marion Cotillard méconnaissable sous le maquillage de Piaf en fin de vie, on ne peut pas rester insensible au destin de cette grande artiste qui ne se serait peut-être pas jetée de plein gré dans la déchéance après la mort de son grand et unique amour, Marcel Cerdan. Et on est bouleversé par l'amour infini et quasi inconditionnel que vouait Loulou, incarné par Pascal Gregorry, à celle qui restera toujours la Môme.

A voir, revoir, écouter, sans modération.

 

(Source : http://www.evene.fr)

 

-

 

 

   

Isabelle Chalumeau (écrivain public)

ZAZ-ECRITOIRE

BP 30125

54715 LUDRES

Tel : 06.70.35.05.76

courriel : isabelle.chalumeau@wanadoo.fr et ichalumeau@free.fr

Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr