TOUT NANCY .COM

PREMIER SLAM


rechercher

 

Qu'est-ce que le slam ?

Le slam est né en 1984 à Chicago. C'est un art d'expression populaire oral. Dans des cafés ou autres lieux publics, des auteurs viennent lire, scander ou chanter des textes de leur cru sur des thèmes libres ou imposés. L'entrée est le plus souvent libre ou à prix minime et le principe est : 1 poème dit = 1 verre offert.

Il n'y a aucune limite d'âge, de style ou de provenance. La motivation des participants est le partage et les débutants sont davantage encouragés que critiqués.

En anglais, le verbe « to slam » signifie claquer. Dans cette forme d'expression orale, le but est d'interpeller l'auditeur avec des mots qui sonnent justes.

Grâce au slam, la poésie et les récitals, souvent réservés aux initiés, deviennent enfin populaires.

En France, Grand Corps Malade incarne le mouvement slam.

 

(source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Slam_%28po%C3%A9sie%29 )

 

 

C'est donc sous l'influence de Grand Corps Malade que j'ai écrit mon premier slam. Cela se sent et s'entend !… Il faut du temps, je pense, pour se démarquer et trouver son propre style. Ceux qui me connaissent bien s'étonneront sûrement de ce texte que je déclame et dans lequel tout est dit sur mon amour de la poésie classique. Pour autant, je ne dénigre pas cette « nouvelle » forme d'expression. Mais « I have a dream » : que les amateurs de slam ouvrent un jour un recueil de poésie classique. La bonne poésie classique n'est pas aussi rébarbative et barbante qu'elle en a l'air !… Les amateurs de bon slam ne devraient pas rester indifférents à la poésie de Baudelaire !

 

PREMIER SLAM

 

J’ai découvert le slam un soir de solitude ;

C’était comme de la came, j’ai pris de l’altitude.

 

J’ai entendu Grand Corps Malade

J’comprenais rien à ses salades,

Mais je me suis forcée à l’écouter

Et là, ses paroles m’ont scotchée.

Les keufs, les meufs, chelou et relou,

C’est sûr, je comprenais pas tout,

Mais je captais l’essentiel,

Ecrire, pour moi, c’est naturel.

 

Alors je me suis dit, il faut que t’essayes

Même si je me trouve un peu vieille ;

Les rappeurs, les slameurs, les purs,

Vont me trouver nulle, c’est sûr !

 

Au début, c’était pas évident,

Je fais de la poésie depuis quarante ans,

De celle que l’on dit belle et classique,

La poésie académique,

Même si déjà dans mes poèmes

J’abordais différents thèmes :

L’amour, la mort, la maladie,

La guerre, le chômage et la pédophilie.

Mais pour quelqu’un comme moi

Qui a fait du carcan des règles un choix,

Ne plus respecter le sexe des rimes,

C’était un peu comme un crime.

 

Les mots qui circulent toujours dans ma tête

Se sont mis à danser, c’était la fête !

Plus de laisse ni de muselière,

Ils ont appris l’école buissonnière.

Plus d’obligation ni d’interdits,

Plus de maître en prosodie.

Seuls comptaient les mots qui claquent,

Comme des coups de poing ou comme des claques,

Pour qu’ils aillent droit au but,

Comme un bon coup de pied au cul !

 

                                                Zaz Chalumeau

Nancy, 28/03/2007

 

Ecoutez ce premier slam
en cliquant sur l'image ci-dessous !

 

 

 

 

 

 

 

   

Isabelle Chalumeau (écrivain public)

ZAZ-ECRITOIRE

BP 30125

54715 LUDRES

Tel : 06.70.35.05.76

courriel : isabelle.chalumeau@wanadoo.fr et ichalumeau@free.fr

Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr