TOUT NANCY .COM

CONCERT EUROPEEN


rechercher

 

 CONCERT EUROPEEN A NANCY

 

 Mardi 22 mai 2007. Le soleil brille à nouveau sur la Lorraine. Sur la Place Stanislas, des Nancéiens et des touristes déambulent ; les femmes ont les jambes et les bras nus, les hommes ont amplement déboutonné leurs chemises et retroussé leurs manches.

 

 Avant de nous rendre au concert, nous avons décidé de dîner dans un des restaurants qui bordent la célèbre place. Nous nous installons sur la terrasse et contemplons les lignes, pures et majestueuses, de cet ensemble architectural. Nous sommes Nancéiennes, mais nous ne nous lassons pas du spectacle.

 

 Un peu avant 20h30, nous nous dirigeons vers l'entrée de l'Hôtel de Ville où doit se dérouler le concert européen de ce soir. Pour l'occasion, le Goethe-Institut de Nancy, la Ville de Nancy, la Ville de Karlsruhe et l'ADECA (Association Découverte de l'Espace Culturel Allemand) se sont associés pour nous faire découvrir deux groupes de musiciens : TRIO CON BRIO de Karlsruhe et TRIO ELOQUENCE de Nancy.

 

 Je mesure l'étendue de mon inculture au programme que je découvre avant l'arrivée des artistes. Hormis Mozart et Rossini, je ne connais aucun des compositeurs cités... J'ai peut-être pour excuse que ces musiciens n'ont pas encore atteint le niveau de popularité de leurs aînés qui ont aussi l'avantage d'être morts ! Chacun sait que la mort sied aux artistes pour la postérité... C'est donc avec beaucoup de curiosité et d'intérêt que j'attends ce concert.

 

 

            

Afin de patienter plus agréablement, nous levons les yeux pour découvrir la décoration du salon. L'endroit est magnifique et c'est un plaisir, à chaque fois que nous avons l'occasion de pénétrer dans ce lieu, d'admirer chaque détail des peintures et sculptures qui ornent les murs.

Le groupe allemand, TRIO CON BRIO, arrive sur scène et ouvre le concert.

Les trois artistes allemands qui forment ce trio travaillent ensemble depuis 1990.

Quatre extraits de La flûte enchantée de Mozart alternent avec des oeuvres de musiciens contemporains.

La Fantaisie latine de Pascal Jugy, jeune compositeur français de 43 ans, offre une large palette de styles différents. Les trois instruments se parlent et se répondent. Les cordes claquent aux doigts de la guitariste, le violon bourdonne et la flûte soupire.

              

Johannes HUSTEDT, flûte

Andrea FÖRDERREUTHER, guitare

Carolin KRIEGBAUM, alto

 

 

Durant l'entracte, nous allons aux fenêtres du salon qui donnent sur la Place Stanislas. Entre chien et loup, elle revêt des couleurs inhabituelles.

Au pied de la statue du roi de Pologne, des jeunes, toujours, se retrouvent pour parler, jouer de la musique ou s'embrasser.

C'est au tour du groupe français, TRIO ELOQUENCE, d'entrer sur scène.

Les trois jeunes femmes qui forment ce groupe travaillent ensemble depuis 2000.

Après la célèbre ouverture du Barbier de Séville de Rossini, les artistes interprètent trois oeuvres de musiciens contemporains.

La Suite Arabe de Mohamed MAKNI, jeune compositeur de 48 ans, nous emporte dans un univers différent, une oasis peuplée de dromadaires et de danseuses au ventre nu.

         

Christine SHAYKHIAN, flûte

Elena FRIKHA, violon

Dominique EDER, guitare

A la fin du concert, sous les applaudissements d'un public visiblement - et même audiblement ! - conquis, les six interprètes se sont retrouvés sur scène. Sans aucun chauvinisme de ma part, j'ai préféré, non pas les interprètes français, mais les oeuvres proposées par le trio français.

Les musiciens allemands ont offert à leurs hôtes un présent et tous se sont chaleureusement embrassés, scellant ainsi leur respect mutuel et l'amitié franco-allemande dans la musique.

Quittant le salon de l'Hôtel de Ville, nous empruntons de nouveau le majestueux escalier.

Arrivées en bas des marches, nous nous retournons encore une fois pour admirer les fresques qui ornent les murs.

Malgré la Suite Arabe qui a clos le concert et qui m'a tant plu, c'est l'air de Rossini que je fredonne en me dirigeant vers la sortie.

Sur la Place Stanislas, non pas illuminée mais savamment mise en valeur par un discret éclairage, quelques promeneurs flânent encore.

Je n'ai pas connu la guerre. Se pourrait-il encore que des Allemands et des Français s'affrontent, fusil à la main et grenades à la ceinture, sur des champs de bataille ? Difficile à imaginer après une soirée où tous, Allemands et Français, ont communié dans la musique avec le même plaisir.

 

 

Toutes les photos de ce reportage ont été réalisées par Monique COLIN  

 

  

  Isabelle Chalumeau (écrivain public)

ZAZ-ECRITOIRE

BP 30125

54715 LUDRES

Tel : 06.70.35.05.76

courriel : isabelle.chalumeau@wanadoo.fr et ichalumeau@free.fr

Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr