TOUT NANCY .COM

DEUX NANCEIENNES A PARIS-DEFENSE


rechercher

 

DEUX NANCEIENNES A PARIS-DEFENSE

 

 

 Les élèves du cours d'Histoire de l'Art de l'ASCS (Association Sportive et Culturelle de Saulxures) avaient rendez-vous avec leur professeur et guide-conférencier à Paris La Défense pour découvrir le quartier affaires et ses multiples gratte-ciel. J'ai eu la chance de pouvoir me joindre au groupe et je ne regrette pas cette visite, alors même que je n'étais a priori pas intéressée par les buildings. Nous nous étions déjà rendues dans ce quartier lors d'un précédent séjour dans la capitale pour voir l'arche, sans avoir la curiosité d'aller plus loin. Evidemment, quand on a l'opportunité de voir la Défense avec un guide qui connaît le quartier comme sa poche et son historique par coeur, cela change tout !

 

 Nous avions rendez-vous à 9 h 00 sur l'esplanade de la Défense, devant le bassin Takis, en plein dans l'axe est-ouest, d'un côté l'Arc de Triomphe et de l'autre la Grande Arche, selon une ligne historique. Nous sommes sur une colline, le clos de Chantecoq et ses vignes tout autour. Elles ont été plantées en 2006 et les premières vendanges sont prévues en 2011.

 

 Le quartier de la Défense se trouve dans un méandre de la Seine. Les premières constructions s'érigent après la Deuxième Guerre mondiale. Afin d'éviter l'anarchie des immeubles, l'Etat confie le projet à l'EPAD (Etablissement Public pour l'Aménagement de la région de la Défense), créé en 1958, il y a donc cinquante ans. Auparavant, quelques constructions privées existaient déjà, comme le CNIT (Centre National des Industries et Techniques) inauguré dès 1947.

 

 Les tours de la première génération sont toutes identiques, avec une base de 24x42 cm pour une hauteur de 100 m. Les bureaux sont construits autour d'un noyau central qui accueille la partie technique nécessaire au fonctionnement. Toutes les tours étaient à l'origine amiantées puisque l'amiante était alors le meilleur isolant connu ; elles ont été désamiantées en 2001. L'idée du noyau central est très astucieuse car elle permettra, lors des rénovations, de ne pas tout détruire, mais seulement les parties (façades et planchers) autour de ce noyau fonctionnel. Les premières tours apparaissent dès 1966.

 

 En 1970, le RER atteint la Défense, ce qui va bouleverser en mieux la vie des 12.000 salariés qui y travaillent et considérablement accroître l'essor du quartier. La France connaît alors un boom économique exceptionnel, notamment dans le tertiaire. L'EPAD lance un projet d'agrandissement. Le quartier s'étend sur Nanterre et propose 6.000 logements en plus de 130.000 m² de surface de bureaux. Il s'étend également sur Puteaux. Les tours de la deuxième génération sont beaucoup plus hautes et plus longues, ce qui n'est pas du goût des Parisiens de l'époque. L'art et la végétation font leur apparition au milieu de cet ensemble architectural.

 

 La crise pétrolière met fin à cette course à la hauteur. En 1978 commence la construction de la troisième génération de tours qui seront plus basses, moins profondes pour éviter les bureaux de "deuxième jour" (sans fenêtre directe sur l'extérieur), aux formes diversifiées et avec des éléments de décor. Sur la surface globale de 750 hectares, 160 sont occupés par des espaces verts. 250.000 à 300.000 salariés se rendent chaque jour à la Défense, notamment en métro dont elle est le Terminus de la ligne 1. Vingt mille personnes vivent dans les différentes tours d'habitation.

 

 Le boulevard circulaire, appelé muraille routière (!), uniquement dédié aux voitures, a connu dès ses débuts un flot incessant d'automobiles alignées sur plusieurs files qui provoquaient de nombreux accidents. Sa conception a donc été revue et améliorée pour devenir un boulevard urbain plus humain.

 

 En 1983, le Danois Johan Otto Van Spreckelsen remporte le concours d'architecture lancé par l'EPAD. Son "Cube" (ainsi appelle-t-il la Grande Arche), arrivé dans les finalistes, a été choisi par François Mitterrand pour symboliser le quartier de la Défense dans le monde entier. Des hôtels et des commerces apparaissent. La Grande Arche est inaugurée le 14 juillet 1989. Des ascenseurs panoramiques en verre permettent d'accéder au toit à 110 m de hauteur pour embrasser tout Paris. L'intérieur de l'Arche accueille de nombreuses expositions permanentes ou temporaires.

 

 Les tours de quatrième génération partent de nouveau à l'attaque des nuages ! Le verre, dont a su contourner les défauts (fragile, transparent, chaud en été et froid en hiver) grâce aux nouvelles technologies est utilisé en priorité pour les nouvelles constructions. Le verre n'a plus que des qualités : très solide, à la fois transparent et avec un effet miroir qui abrite des regards curieux, et isolant thermique. Les dalles de verre s'insèrent entre des profilés d'acier pour un effet de quadrillage, les formes s'arrondissent et s'aplatissent pour créer des constructions très étonnantes en forme de proue.

 

 Depuis l'an 2000, les tours de la cinquième génération atteignent 200 et même 300 mètres ! Dans ce quartier, hormis des tours de bureaux et d'habitation se trouvent des centres commerciaux et même une maison d'Eglise, Notre Dame de Pentecôte, inaugurée en janvier 2001 par l'ancien évêque de Nanterre. Munie d'un carillon extérieur, elle offre à l'intérieur un hall d'accueil, d'un lieu de prière et de célébration à l'étage et de salles de réunion avec salle à manger.

 

 Bref, le quartier de la Défense est intéressant et fascinant, à découvrir absolument lors d'une visite de la capitale, si possible avec un guide.

 

            

 

          

 

   

 

 (5 juillet 2008)

Ce reportage a été réalisé par Isabelle Chalumeau (texte) et Monique Colin (photos).

 

 

 

Isabelle Chalumeau (écrivain public)

ZAZ-ECRITOIRE

BP 30125

54715 LUDRES

Tel : 06.70.35.05.76

courriel : isabelle.chalumeau@wanadoo.fr et ichalumeau@free.fr

Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr

 


 Monique Colin (photos)