TOUT NANCY .COM

LE FABULEUX DESTIN DE LA MOBYLETTE BLEUE


rechercher

          Le fabuleux destin de la mobylette bleue

 

Guy Gauthier s'est lancé cet été dans la réalisation du film MOB STORY qui l'a conduit de Longwy à Sète. Un « Road-Movie » où le bleu était omniprésent. Une mobylette aussi. 

C'est ce que l'on appelle une aventure au long court (métrage). A la fin de ce printemps, à quelques encablures de l'été, les cœurs battaient un peu plus fort. Des années que Guy Gauthier peaufinait l'idée dans un coin de sa tête, deux ans qu'il s'est attaqué à l'écriture d'un scénario, plusieurs fois remanié. Le 15 juillet dernier le projet un peu fou devenait réalité.

De quoi s'agit-il ?  De la création d'un film. De A comme autodidacte à Z comme zoom, en passant par D comme débrouille et P comme passion. De l'écriture du scénario à la production, du tournage au jeu d'acteurs, sans oublier les musiques et le montage, tout sera fait maison. Le film sera visible à l'automne prochain, sous le titre « Mob Story ».

 

Photo : Guy Gauthier, auteur du projet.

 

 

Il fut et sera tourné en plusieurs étapes, c'est le mot, durant l'été 2009 (car il reste encore quelques plans à faire à la mi-septembre).  Trois périodes clé : 15 juillet en Lorraine et dans les rues de Longwy. 17 juillet entre Vittel et Colmar (théâtre d'une étape du Tour de France). 18 et 19 juillet à Nancy, Xeuilley, Quevilloncourt, enfin, entre la Lorraine et Sète, le Nord-Est et la mer. Le tout avec les moyens du bord et des bénévoles.

 

Photo : En gare de Longwy

Car Mob Story, c'est avant tout une aventure humaine hors du commun.

 

Ce Meurthe-et-mosellan aime à raconter, car il ne suffit pas d'aller trois fois par semaine dans les salles obscures, qu'il est tout aussi important de rendre au cinéma ce qu'il vous donne. Guy a su fédérer autour de lui une équipe d'une dizaine de personnes composée de six Lorrains et de quatre Parisiens (dont le cadreur Marien Ziller déjà présent au même poste lors des trois autres films) pour narrer le fabuleux destin d'une mobylette bleue. Ces fameuses bécanes à bord desquelles chaque matin dans les années 1960 des millions d'ouvriers se rendaient au travail.

Photo : A Nancy bd Charlemagne (Ziller et Gauthier)

Ces derniers mois, celui qui est agent au Conseil Général le reste du temps, a peaufiné son projet, escamotant les embûches avec cette fameuse énergie qui fait soulever des montagnes. Il a trouvé une mob bleue d'époque près de Lunéville, sa région, et a même prévu… une doublure. Mieux vaut star que jamais !

 

 

 

 

 

Photo : Devant une citée ouvrière de Longwy

Pas une sinécure que d'être autorisé à tourner des images pendant une étape du tour de France, créer un garage social à Nancy ou encore arpenter les rues de Longwy caméra au poing. Le viaduc de Millau. Sans oublier bien sûr toute la logistique, l'hébergement durant le tournage de ce road movie, sur les chemins du pèlerinage de Compostelle.

 

Photo : Au Puy-en-Velay sur le chemin de Compostelle

Si la mobylette sera le héros du film, elle servira en même temps de fil rouge à l'aventure et de prétexte à l'histoire. Il est des fils qui se tissent comme des mains qui se tendent. Il est aussi des fils qui relient l'histoire à la géographie, la mémoire au futur, le tout solidement ancré dans le présent. (il y a un autocollant sur la mob des grandes grèves de Longwy en 1979, 30ème oblige ).

 

 

 

 

Photo : Sous le viaduc de Millau

Le film ne racontera pas seulement les tribulations d'une mobylette mais le parcours singulier d'un bleu, comprenez un adolescent, de nos années 2000. En échec scolaire, sa grand-mère lui a offert la mobylette bleue de son grand père sidérurgiste hospitalisé. Il va utiliser la mob pour se rendre à Sète où sa petite amie passe les vacances et reviendra plus fort au pays.

 

Photo : Avec l'actrice qui joue la grand-mère

Nul doute en tout cas que quelques anciens se soient retournés sur le passage de la bécane à mesure que le périple s'accomplissait. Et que de nombreuses personnes ont enrichi le tournage, qui d'un coup de main, ou en se prêtant au jeu de la figuration. (Cinquante figurants ont participé au tournage).

 

 

 

Photo : La mob sur la plage de Sète

Au fond, plus que de réaliser un film, et ensuite de le montrer pour échanger, c'est bien après ces rencontres qui jalonneront le parcours que cavale le bonhomme.

 

Guy Gauthier, que l'itinérance n'effraie pas, a en effet choisi le principe du road movie. En 2004, il avait traversé les Etats-Unis à vélo et en avait tiré un premier film : Go West. Sa filmographie, entre temps, s'est enrichie de deux autres œuvres : « La 40ème Vadrouille » tournée 40 ans après le célèbre film de Gérard Oury, et « Fête Bûcheronne » tournée sur les lieux où Robert Enrico immortalisait la ligne « bleue » des Vosges, Bourvil et Lino Ventura avec « Les Grandes Gueules ».

Ce qu'il aime dans les Road Movies, c'est qu'ils permettent d'évoquer une quête initiatique des personnages. Le jeune homme va mûrir au fil des expériences et devenir « adulte » (ce qui fut véritablement le cas, avec ce jeune de Gerbéviller, Jordan Ancel, timide et réservé au début, détendu et participatif à mesure que la route s'allongeait).

 

Photo : Avec les figurants locaux sur la plage de l'Esterel

Le voyage est alors un rite de passage, un symbole du temps qui passe, un certain regard sur l'inexorable. La liberté est un art difficile.

 

 

Photo : La fin du voyage pour le jeune et sa mob

Mob Story l'équipe

- Production : 3.0 production http://www.3.0production.fr/  
- Production associative : UBC
http://pagesperso-orange.fr/theo7edts/mob_story/mob_story.htm

- Scénario : Guy Gauthier
- Chef opérateur/co réalisateur : Marien Ziller
- Premier opérateur : Yannick Roguet
- Premier opérateur seconde équipe : Clément Baron

- Script et premier assistant : Luc Toussaint
- Ingénieur du son : Yann Jenny
- Régisseur : Dominique Schweizer
- Assistante de production : Martine Abraham
- Assistante son première équipe : Eloïse Broyez
- Second assistant, cascades, doublure : Jonathan Souliers
- Acteur principal : Jordan Ancel
- Actrice de complément : Simone Durupt
- Repérage road movie : France Durand et Didier Rousset


Photo : Sur les hauteurs d'Hayange

 

SYNOPSIS

La fin d'une vie bien remplie doit elle amener au repos… éternel ? En tout cas pour le propriétaire de ce moyen de transport, c'était semble-t-il la fin de vie tout court qui l'attendait dans un hôpital lorrain sur la frontière belge. Allais-je ainsi rester protégée de la poussière sous ma bâche pour toujours ?
L'épouse du propriétaire, voyant son petit-fils dans une sorte d'oisiveté et sans moyen de transport, eut l'idée de me céder alors qu'il venait de rater son bac…. Etait-ce une nouvelle vie pour moi qui avait peu connu de chemins de traverse, seulement celui du domicile au travail, tous les jours et pendant toute une vie de sidérurgiste ?
Mais avec cette jeune pousse qui était d'une toute autre époque que mon propriétaire, qu'allais je devenir, qu'allais je découvrir ? Pourrais-je le suivre dans ses premiers moments de liberté sans peiner un peu, sans risquer de chauffer ? Pensera-t-il à mon carburant, prendra-t-il soin de mon moteur et de mes articulations bleues de vieille mobylette ?
Je vous présente donc moi-même, avec ma voix ferraillante, l'épopée de ce jeune garçon qui pensait que le soleil brillait mieux ailleurs et qui voulait quitter sa région. L'excuse fut une amourette débutante qui partait pour trois semaines à Sète dans un camp de vacances, qu'il voulait absolument rejoindre.
Imaginez donc quel sera mon périple du nord, en Lorraine jusqu'au sud, à Sète ! Traverser des villes historiques, faire des rencontres qui me guideront sur mon itinéraire, et après quelques campings sauvages, arriver au but.
Mais là-bas, sa Juliette, au soleil de la côte, avait rencontré un autre Roméo. Après la déception et le constat de ne plus pouvoir aller plus loin, arrivé devant la mer, le désir de retrouver les siens, sa région, fut comme un appel intérieur qui favorisa diverses rencontres et fit naître une forme de solidarité.
Fatiguée par cette trop longue route, je regagnerai le nord par un moyen de transport inattendu. J'étais tout de même satisfaite d'avoir mené à bon port cet oisillon qui n'en était plus tout à fait un au retour en Lorraine.

(août 2009)

 

La mise en page de ce reportage a été réalisée par Isabelle Chalumeau (textes et photos fournis par Guy Gauthier).

Texte de Didier Jacquot - Photos de D. Schweizer et J. Souliers.

 

 

 
Isabelle Chalumeau (écrivain public)
ZAZ-ECRITOIRE
BP 30125
54715 LUDRES
Tel :  06.70.35.05.76
courriel : isabelle.chalumeau@orange.fr
Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr
Blog : www.zazecritoire.unblog.fr