TOUT NANCY .COM

DEUX NANCEIENNES A FES


rechercher

DEUX NANCEIENNES A FES

 

Située à environ deux cents kilomètres à l'est de Rabat, Fès est la plus ancienne des villes impériales du Maroc.

Fondée à la fin du VIIIe siècle par Moulay Idriss, un descendant du prophète, elle devient rapidement le refuge de milliers de familles andalouses. Quelques années plus tard, Idriss II bâtit une seconde cité face à la première pour accueillir des milliers de familles arabes chassées de Tunisie. Les deux communautés se développent face à face. Des murailles entourent la ville et le minaret de la mosquée El Karaouine se voit de loin.

 

 

 

Fès devient rapidement la convoitise de divers peuples qui se la disputent dans des batailles sanglantes. Après la destruction des murailles au début du XIe siècle et l'unification des deux parties de la capitale, elles sont de nouveau érigées deux siècles plus tard. Les Mérinides, grands bâtisseurs, entreprennent la construction d'une nouvelle cité et de médersas, les écoles coraniques (en photo ci-dessous : Cour de la medarsa Bu Inaniya). La ville présente donc deux parties distinctes : la médina des citadins avec leurs nombreux commerces, souks, fondouks et bains publics et la cité administrative et militaire.

 

 

L'âge d'or de Fès dure deux siècles. Avec la fin de la dynestie mérinide, la ville entame une longue période de déclin et de luttes pour le pouvoir et perd son statut de capitale au profit de Marrakech. En 1666, le premier sultan de la dynastie alaouite, Moulay Rachid, entreprend la restauration de la ville pour lui rendre son faste d'antan et lui redonner la prospérité digne d'une capitale. Son successeur, Moulay Ismaïl, choisit néanmoins Meknès pour capitale. Fès connaît une nouvelle période difficile avec affaiblissement et départ de ses habitants.

Avec l'avènement de Moulay Mohammed ben Abdellah, la ville retrouve paix et prospérité. Elle partage avec Marrakech le statut de capitale. Le protectorat amène la construction d'une ville moderne face à la médina traditionnelle.

 

       Le couturier de djellabas                                                          Le quartier des tanneurs

 

                              Le souk des épices                                                                        Le quartier du métal

 

Des portes gigantesques, magnifiquement décorées et sculptées, donnent accès à la fois à la médina et à la ville moderne. Dansla médina, on a l'impression de changer de monde et d'époque. Tous les sens sont sollicités, notamment l'ouïe par les cris "Balek, balek !" lancés régulièrement par des muletiers qui forcent le passage avec leurs bêtes dans les étroites ruelles.

 

 

 

Les souks sont regroupés par métiers dans des quartiers comme le fondouk El Nejjarin avec sa fontaine décorée de zelliges, sa cour intérieure où l'on peut voir de splendides moucharabiehs et le musée de l'histoire du bois au Maroc.

 

 

 

 

 

Place des Alaouites, le Palais Royal et sa porte monumentale en cuivre ouvragé accueille toujours la famille royale lors de ses déplacements dans cette région du royaume.

 

 

       

 

A proximité du Palais Royal, se trouve le Mellah, le quartier juif.

 

 

 

De la nécropole où se trouvent les tombeaux mérinides, la dynastie à qui Fès doit tant de beauté, le regard parcourt la ville qui s'étend, apparemment paisible, sans laisser deviner le labyrinthe et l'agitation de sa médina.

 

 

 

Pour voir d'autres photos : http://zazecritoire.unblog.fr/2009/05/10/les-villes-imperiales-du-maroc/

 

(Août 2009)

 

Ce reportage a été réalisé par Monique Colin (photos) et Isabelle Chalumeau (textes).

 

 

 
 Monique Colin

 
Isabelle Chalumeau (écrivain public)
ZAZ-ECRITOIRE
BP 30125
54715 LUDRES
Tel : 06.70.35.05.76
courriel : isabelle.chalumeau@orange.fr
Sites : www.toutnancy.com/toutecrire et http://ichalumeau.free.fr
Blog : www.zazecritoire.unblog.fr