TOUT NANCY .COM

le muséum Aquarium de Nancy


rechercher

Voguez dans les eaux douces des tropiques,
découvrez des spécimens d'animaux disparus

Avec plus de 15 000 spécimens conservés, le muséum Aquarium de Nancy propose au visiteur, un panorama complet du règne animal. Quant à l'aquarium, il vous emmène à la découverte de la richesse du milieu aquatique.

L'aquarium tropical

Géré par l'université de Henri Poincaré et la Communauté Urbaine du Grand Nancy, l'aquarium tropical de Nancy compte aujourd'hui plus de 300 espèces de la faune des récifs et des eaux douces. Des plus petits aux plus gros, des plus beaux aux plus laids, il y en a vraiment pour tous les goûts !

Parmi tous ces poissons venus des eaux tropicales, indo-pacifiques ou des Caraïbes, on peut admirer les plus spectaculaires comme le poisson pierre, immobile au fond de l'eau, le poisson pomme de pin, vivant habituellement dans les profondeurs des eaux bleues, ou encore le Nautile, un molusque qui existait déjà à l'ère secondaire. Abrités dans des bassins de 400 à 15 000 litres d'eau, la majorité des poissons de l'aquarium de Nancy sont nés en captivité, comme le requin chabot. Les autres poissons sont le fruit d'échanges entre aquariums.


Arrivés à la naissance ou à l'âge adulte, il a fallu prendre soin de les placer dans des aquariums avec de gentils camarades. En effet, certains poissons ne supporteraient pas de vivre dans le même bassin. A côté de ces petits problèmes de rivalité, les techniciens de l'établissement veillent à la bonne température des bassins et à l'oxygénation de l'eau, qui est filtrée 24h sur 24 en circuit fermé.

Une vocation de recherche existe également depuis la création du musée dans les années 70, puisque l'aquarium a pu voir le jour grâce à l'université des Sciences de Nancy, conjointement avec la Communauté Urbaine et le Cercle Aquariophile.

Au fur et à mesure des années, l'aquarium s'est agrandi en faisant de nombreuses acquisitions. Récemment, il a inauguré un nouveau bassin, "la berge tropicale", dont les plantes proviennent du jardin botanique de Nancy.

Autre fait notable, l'aquarium est associé à l'aquarium "For Wilde Life conservation" de New-York, pour la préservation d'espèces d'eau douces tropicales, malgaches et africaines. Il possède également en ses bassins, certains poissons qu'il a acquis juvéniles entre 1968 et 1980, et qui battent des records de longévité peu connus en aquarium. On peut citer par exemple le "baliste vert", qui nage dans son aquarium depuis 32 ans.

Le musée d'histoire naturelle

Le musée de zoologie, situé au premier étage, regroupe quant à lui plus de 15 000 spécimens, rassemblés par des naturalistes lorrains depuis 200 ans.
Le musée, qui date de 1935, doit sa construction à Lucien Cuénot (1866-1951), membre de l'Institut à l'époque.

D'espèces rares ou disparues, les animaux y sont exposés derrière des vitrines, à l'abri de la chaleur et de la lumière pour une meilleure conservation. Cette rareté peut être due à l'insularité, comme celle du "Sphénodon", reptile très particulier vivant sur quelques ilôts de Nouvelle-Zélande,, ou au "Pigeon rose" de l'île Maurice.
D'autres espèces sont très menacées par l'introduction de prédateurs, ou par la modification du milieu naturel. C'est le cas de l'"Aye-Aye", lémurien de Madagascar, du "perroquet-hibou" et de la "Corneille caronculée" de Nouvelle-Zélande.

Enfin, le musée présente certains spécimens naturalisés irremplaçables, puisque ces espèces sont désormais disparues. C'est le cas de "Loup marsupial" de Tasmanie ( non observé depuis 1933), de la "Rougette", grande chauve-souris de l'île Maurice, ou du Tragopan de Hastins, que l'on n'a pas revu depuis 1933.

Actuellement, le musée envisage la rénovation prochaine des vitrines, afin d'exposer les animaux naturalisés de manière plus attrayante pour les visiteurs ; raconter une histoire en quelque sorte.

Le site : www.man.uhp-nancy.fr