TOUT NANCY .COM

KABARELECTRONIK


rechercher

Souvenez-vous, vous l'avez croisée au moins une fois au détour d'une de vos fins de soirée comateuses et semi-ethylées. . . Vous voyez évidemment de qui il s'agit, la personnalité la plus V.I.P. du tout Nancy by night réuni : j'ai nommé La Corrine. Pour ceux qui auraient loupé le coche, Corrine est un performer qui a su s'entourer d'amis (que les bons !) pour métamorphoser une scène anecdotique en "Cabaret d'un soir" où la réalité ne se fait pas liftée le portrait, comme le voudrait l'air du temps, mais disons que celle-ci passe par tous les états de décomposition avancée de notre malaise moderne : surmédiatisation, paranoïa, identités schizophréniques, genres. . . A performance unique, presque date unique : ce soir, c'est le dernier soir au Garage Hadet avant la tournée.
sss

The lady in red Qui a pu échapper au regard de braise de Corrine, lunettes à paillettes et faux-cils dehors ? Depuis quelques jours déjà, son nom est sur toutes les lèvres les plus people de Nancy, précédée par sa particule auto-proclamée : La Corrine. Elle nous contemple depuis sa boîte de Pandor, toute de ferraille sertie, et nous promet une rencontre à trois inconnues (ou presque) : Corrine la Trash Queen, ses acolytes du Synthetik Orkestra (Mix, Sample et Video performance) et bien sûr, le thématique "Cabaret". Trois ingrédients dopés à la sauce électro pour public averti . . . et à ne pas mettre entre toutes les mains !

Passage Le Garage Hadet fait partie de ces lieux proches de la non-existence et qui pourtant ne demandent qu'à être investis, pour mieux être ré-animés. L'entrée du Kabarelectronik annonce la métamorphose de l'espace et anticipe celle du temps. Y mettre un pied fait se sentir plongé dans une sorte d'atmosphère utérine : un interstice dévoile un long corridor auréolé de rouge, puis l'espace s'ouvre et voici l'univers reconstruit de Corrine la cabaretteuse d'Argenteuil.

Performance vivante Même si ce genre est devenu très "hype" dans les milieux arty, rares sont ceux qui parviennent à réellement transfigurer le caractère multidimensionnelle du concept. Ca donne souvent l'impression d'un bon vieux "copier-coller" réalisé par un stagiaire pendant les mois d'été. . . Avec une séquence vidéo complétement asynchrone avec le beat et inversement et réciproquement. Bref, autant dire que l'exercice est difficile. Alors forcément lorsque l'on assite à une performance du Kabarelectronik, et ben on se dit qu'on aurait loupé quelque chose si on ne s'était pas bougé nos petites fesses de people overatomisé par l'ambiance caniculaire.

Dévisage, des figures Corrine est un être hors du commun ; alors que la plupart d'entre nous se cache derrière une fausse pudeur aux relans puritains, elle, se montre capable d'exhiber toutes les facettes de son personnage (et de sa plastique opulente) en moin de deux heures durant lesquelles elle exerce sa complainte où les soucis deviennent des sushis, et le qualificatif de "sexe faible", une pure lapalissade. Tour à tour elle se transforme (sans jamais quitter ses moonboots! !) en archetype de Me Propreté queenisée, en Geïsha pour prestidigateur masochiste ou encore en Cyber Corrine revenue du futur pour sauver la terre ! Et tout ça pour quoi ? Pour dire des choses très intéressantes sur notre belle société en plein chaos du spectacle.

In Situ we trust Le tour de force du Kabarelectronik, c'est de réussir à garder l'aspect divertissant du spectacle (rappelez-vous, on est dans un lieu de perdition avec des néons tout rouge) tout en passant au crible nos petites manies. Corrine est une (re)créature(ion) du genre humain, pas vraiment en conformité avec ce que la société pourrait attendre d'elle. Du coup, il faut la faire disparaître ; et quoi de mieux qu'un bon reportage T.V. pour redonner à la crualité son statut d'état de nature. Bon, il va falloir arrêter là ce papier parce que sinon, ce soir vous y êtes encore et vous aurez perdu une occasion de vous lâcher et de voir La Corrine vous raconter comment elle voit le monde depuis son club d'Argenteuil.




J.T. saccadé

The club d'Argenteuil

Corrine revit

Le boss du Krazy sur-eclairé

Black out screen

Kabarenescence
 

Last but not least Vous l'aurez compris, Corrine ne laisse personne indifférent et c'est pour cette raison que son Kabarelectronik ne va pas stagner à Nancy. On ne saurait trop vous conseiller de ne pas les louper. . . Sinon pour les habituels retardataires vous pouvez cliquer ici et obtenir un "léger" aperçu du bon goût de Corrine et de ses comparses. Allez : "AU REVOIR MESDAMES " !

Contact Corrine Legalize
11, rue Dom Calmet
54000 Nancy
Tél/fax : 03 83 37 65 54
e-mail : legalize.corrine@wanadoo.fr