TOUT NANCY .COM

Akosh S. Unit


rechercher
AKOSH S. UNIT

Il honore ce qu'il appelle la "musique de la terre", la "musique paysanne". Akosh Szelevenyi, saxophoniste, est électrisé par la musique traditionnelle, et plus précisément la sienne, celle qui vient de l'Europe de l'Est. "On ne peut avancer en rejetant la tradition" affirme-t-il, alors il puise dans les musiques primitives en fin connaisseur. Ses concerts sont des rendez-vous intimes entre le free jazz et le tempo folklorique hongrois, en hommage à ses origines, à ses ancêtres qui "issus d'un peuple nomade en Asie, ont traversé l'Oural pour s'installer en Europe Orientale".
Akosh a traversé la frontière lui aussi. Il débarque en France en 1986, fuyant le régime communiste de son pays. Il connaît les galères de la clandestinité et la mauvaise réputation des sans-papiers.


Il commence à jouer du saxo à Paris, la capitale, si prometteuse. Mais là encore, il ne se sent pas à sa place. Les seuls lieux où l'on peut écouter du jazz sont des clubs admis "branchés", où l'on ne rencontre que l'élite bourgeoise parisienne supposée connaître la musique. Akosh monte son groupe avec lequel il joue en marge de la scène dite jazz traditionnelle.
Artiste en perpétuel transit, on qualifie sa musique de "libertaire". Raccourci un peu facile ; Akosh expérimente, alors forcément, on ne comprend pas toujours !

Artiste également engagé, et pas uniquement pour la gloire et vendre des CD, on l'a entendu, entre autre sur l'album "Tibet Libre", "1000 Vietnam" ; on l'a vu joué sur scène pour le Groupe d'Information et de Soutien des Immigrés ou pour les sans-papiers à Lyon.
Et pour ceux qui ne situeraient toujours pas Akosh, le saxo alambiqué sur le 666.667 Club de Noir Désir, c'est lui.

Avec Quentin Rollet au saxophone alto , Christian Brazier à la contrebasse Gildas Etevenard à la batterie et Vigh Andras au violon et vieille à roue,Akosh a fait hurler les instruments traditionnels et acoustiques, devant un public qui n'en menait pas large au final. Il y a des fois, comme ça, où l'on se sent peu de chose quand même...
Sur son dernier album, en hongrois "peut-être qu'il est bon quand même l'homme". Après tout...



PHOTOS DU CONCERT AU CHAPITEAU LE 15/10/2002

16/10/2002
Julie Marchal
Aussi :
DJ Tal Stef -Guem - Nancy Funk Explosion - Le Peuple de l'Herbe - Keren Ann - Rubin Steiner 4tet - AkoshS. Unit - Kabarelectronik - Lames de Jazz - Karin Clercq, Benabar,Tarmac - Dom Colmé - Brasil Heros - Kaolin, Superbus - Nancy Jazz Périple (Gotan Project...) - Nada Surf - Luke -
Nancy Jazz Poursuite (la tournée des bars)