TOUT NANCY .COM

RUBIN STEINER 4TET


rechercher









RUBIN STEINER 4tet
"WUNDERBAR DREI"


Sylvestre et J.Pierre

"Si ça se trouve, on fête ce soir notre 60ème date ensemble et on le sait même pas. En tout cas, le quartet existe depuis en gros une intermittence et demi.""
Lui, c'est Fred Landier, alias Rubin Steiner, impossible à tenir en place. Son deuxième album Wunderbar Drei est sorti en mars dernier et il cartonne tellement qu'une seconde phase de lancement promotionnel se joue actuellement. Pourtant, les 4 énergumènes, pas allemands du tout, n'ont pas l'air impressionné de l'engouement qui se trame autour d'eux. Achtung, ils ne sont pas blasés ! Ils n'ont tout simplement pas envi de se prendre la tête.
Le Rubin Steiner Quartet, c'est avant tout une bande de copains, et quelle meute !


Frédérick

Sylvestre Pérussion à la contrebasse/basse, Benoît Louette au trombone/flûte traversière et François Pirault au Vidéo Mix agrémentés d'un Fred Landier aux samplers, recette parfaite pour déguster un Rubin Steiner 4tet sans l'indigestion. Un tout nouvel orchestre exclusif pour un album dans lequel la machine rencontre l'acoustique.
De Rubin Steiner, on connaissait Lo-Fi nu Jazz, un joli bidouillage de samples qui tournaient en boucle. Il en a passé des nuits blanches, à faire du collage/ découpage avec " un pc de merde", un synthé, une guitare et une boîte à rythmes. Et puis le besoin de faire autre chose.
"J'avais déjà essayé une formule acoustique mais comme je suis un très mauvais instrumentiste, j'ai préféré laisser tomber. Je n'ai absolument aucune lecture musicale, j'y vais au feeling... mais ça ne marche pas à tous les coups ! " (rires).


Benoît

Fred poursuit : "Avec François (qui depuis le début de Rubin Steiner, mixe ses vidéos sur scène), on commençait à se faire chier car on trouvait que les samples limitaient pas mal. Finalement, quand tu vas à un concert électro, à part le mec qui mix en solo derrière ses platines, t'as rien à voir. Il se reproduit toujours la même chose, tu parles d'un show ! Sylvestre qui venait de Forguett Me Notes nous a rejoint, et j'ai rencontré Benoît dans un bar. Je lui ai demandé de me citer 10 groupes de Rap, il a eu bon, alors je l'ai emmené dans mes valises".
Ainsi est né le Rubin Steiner 4tet. Une rencontre entre un autodidacte pur et deux instrumentistes issus de formations classiques. Une fusion confrontant deux mondes musicaux qu' a priori tout oppose (selon les puristes). "Effectivement, il a
fallu laisser un peu tomber les boucles car eux n'en voulaient pas. Ce sont des mélodistes !
" poursuit Fred (rires).

Contrairement à Lo-fi nu jazz, Wunderbar Drei est une véritable orchestration. De nombreuses articulations jazz, voluptueuses et cosy, dans la lignée du label anglais Ninja Tunes. Un éclectisme incroyable se dessine sur cet album ; un Wunderlande rappelant le thème d'"Un homme et une femme", un hommage à John Coltrane avec Some strings for John Coltrane et à son maître Mingus avec An interlude for Charles Mingus, un retour au hip hop grâce à Battle of the Cave, un détour par la bossa avec Guitarlandia, un extrait du Lay Lady Lay de Dylan sur Minellos...
"On n'a pas de style précis et c'est tant mieux. Quand on me demande ce que je fais comme musique, je réponds du Rubin Steiner. On dit que Wunderbar Drei est un album de Jazz, c'est faux ! Pourquoi ? Parce qu'il y a du vibraphone ? Je n'aurais jamais la prétention de dire que je fais du jazz. A part des groupes hip hop que personne ne connaît, je n'écoute que du jazz, car selon moi, une fois que t'as entendu du Mingus, tu ne peux pas revenir en arrière. Et comme dans le quartet j'ai le monopole du bon goût (rires), il y a des touches jazzy dans cette galette, mais il n'y a pas que ça. Je teste, j'en apprends tous les jours, d'ailleurs hier je me suis découvert un petit côté Charly Oleg que je ne me connaissais pas..."

Rubin Steiner ne veut pas être un groupe catalogué et figé. Il n'aime pas les modes, il redoute les dancefloors, fuit le Djing parisien, ne supporte pas l'assimilation de sa musique à celle des "artistes en vogue" comme St Germain ou Gotan Project. "A force de dire du mal des gens, je me suis fait pleins d'ennemis. Je m'en fous,, parce qu'il y a aussi des gens que j'aime
bien comme par exemple
Grand Popo Footballclub, Arthur H ou Bosco mais il y en a pleins d'autres. Mais il suffit que tu critiques ouvertement le travail de quelqu'un et on ne retient que ça".
Le concert commence dans quelques heures, ils attendent d'entrer dans l'arène et font preuve d'une décontraction déconcertante. "Un jour il va nous arriver des bricoles, faudra pas s'étonner. On ne répète jamais et on s'en fait violence" précise Sylvestre. "Mais je pense que le public aime bien nous voir en porte-à-faux et puis à quoi bon répéter pendant des heures puisque de toute façon on laisse une grande part à l'improvisation !". "je précise juste que dans notre cas, ce n'est plus de l'impro mais du n'importe quoi. C'est surtout la raison pour laquelle on répète peu, ça sert à rien puisque de toute façon ils ne respectent rien et dégénèrent à chaque fois !!!" ajoute Fred.

Mise à part le Rubin Steiner 4tet, Fred vient de créer son label, en collaboration avec Jean-Pierre Furet et Mme Douze. Son nom, Travaux Publics, mais il aurait pu s'appeler Diktature Records, "parce que la musique va mal et qu'il faut la sauver".
Le principe : sortir une série de 11 disques appelée Les Chantiers. "On a déjà une cinquantaine de musiciens prêts à jouer le jeu. Ça va d'Arthur H à Bosco en passant par Little Rabbits. Sur la pochette du Cd, il y aura les noms des artistes mais on ne saura pas qui a fait quel morceau. Le but est d'écouter la musique pour la musique et pas parce que c'est une star qui chante !" explique Fred. "Eh, t'oublies le jeu-concours !" précise Sylvestre. "Parce que nous on fait bien les choses, on a mis en place un jeu concours : deviner quel artiste se cache derrière les morceaux. Et des fois, on met des indices sur le site. Il y a des cadeaux à gagner, en ce moment c'est un T-shirt Travaux Publics. Ah oui, on a plein de produits dérivés Travaux Publics, t'en as pas encore toi ?"
Le premier, Piano solo vient de sortir. Aucune publicité n'est faite à ce sujet, on ne peut l'avoir qu'en concert ou encore en commande sur le site. Et même nous, nous n'avons pas eu le droit d'en écouter un extrait. "Eh non, même la presse n'a pas ce privilège. On ne donne pas de CD de promo !!!!"
En gros, c'est : bah tu fais comme tout le monde, tu descends l'acheter !
Plus d'infos sur
http://www.travaux-publics.org

PHOTOS CONCERT
1ère PARTIE GONZALES

 




RUBIN STEINER QUARTET






 
18/10/2002
Julie Marchal
Aussi :
DJ Tal Stef -Guem - Nancy Funk Explosion - Le Peuple de l'Herbe - Keren Ann - Rubin Steiner 4tet - AkoshS. Unit - Kabarelectronik - Lames de Jazz - Karin Clercq, Benabar,Tarmac - Dom Colmé - Brasil Heros - Kaolin, Superbus - Nancy Jazz Périple (Gotan Project...) - Nada Surf - Luke -
Nancy Jazz Poursuite (la tournée des bars)